Le Site des Lettres

 

Toutes les publications

Le mythe des androgynes

Jean CASSARD | 2011-03-20 18:34:43

Le Symposion (ΣΥΜΠΟΣΙΟΝ) du philosophe Platon (titre ordinairement traduit Le Banquet, mais qui, selon l'étymologie, désigne une rencontre au cours de laquelle "on boit ensemble") fait le compte rendu d'une de ces soirées au cours desquelles les Athéniens cultivés avaient coutume, après le repas et tout en buvant (plus ou moins modérément), de débattre de tel ou tel sujet sérieux, chacun étant appelé, à son tour, à formuler son point de vue.

Ce soir-là de l'année 416 avant J.-C., c'est l'amour dont il est question au symposion donné par le riche Agathon à l'occasion de la victoire que vient de lui valoir sa première tragédie. Et quand vient le tour d'Aristophane, le grand auteur de comédies ne faillit pas à sa réputation en faisant le récit qui va suivre, bien connu sous l'appellation du "mythe des androgynes".

Πρῶτον μὲν γὰρ τρία ἦν τὰ γένη τὰ τῶν ἀνθρώπων, οὐχ ὥσπερ νῦν δύο, ἄρρεν καὶ θῆλυ· (189e) ἀλλὰ καὶ τρίτον προσῆν κοινὸν ὂν ἀμφοτέρων τούτων, οὗ νῦν ὄνομα λοιπόν, αὐτὸ δὲ ἠφάνισται· ἀνδρόγυνον γὰρ ἓν τότε μὲν ἦν καὶ εἶδος καὶ ὄνομα ἐξ ἀμφοτέρων κοινὸν τοῦ τε ἄρρενος καὶ θήλεος· νῦν δ᾽ οὐκ ἔστιν ἀλλ᾽ ἢ ἐν ὀνείδει ὄνομα κείμενον. πειτα ὅλον ἦν ἑκάστου τοῦ ἀνθρώπου τὸ εἶδος, στρογγύλον νῶτον καὶ πλευρὰς κύκλῳ ἔχον· χεῖρας δὲ τέτταρας εἶχε, καὶ σκέλη τὰ ἴσα ταῖς χερσίν, καὶ πρόσωπα [190] (190a) δύο ἐπ᾽ αὐχένι κυκλοτερεῖ, ὅμοια πάντῃ, κεφαλὴν δ᾽ ἐπ᾽ ἀμφοτέροις τοῖς προσώποις ἐναντίοις κειμένοις μίαν· καὶ ὦτα τέτταρα, καὶ αἰδοῖα δύο, καὶ τἆλλα πάντα ὡς ἀπὸ τούτων ἄν τις εἰκάσειεν.

πορεύετο δέ, καὶ ὀρθὸν ὥσπερ νῦν ὁποτέρωσε βουληθείη, καὶ ὁπότε ταχὺ ὁρμήσειε θεῖν ὥσπερ οἱ κυβιστῶντες (καὶ) εἰς ὀρθὸν τὰ σκέλη περιφερόμενοι [κυβιστῶσι κύκλῳ], ὀκτὼ τότε οὖσι τοῖς μέλεσιν ἀπερειδόμενοι, ταχὺ ἐφέροντο κύκλῳ. ἦν δὲ διὰ ταῦτα τρία (190b) τὰ γένη καὶ τοιαῦτα, ὅτι τὸ μὲν ἄρρεν ἦν τοῦ ἡλίου τὴν ἀρχὴν ἔκγονον, τὸ δὲ θῆλυ τῆς γῆς, τὸ δὲ ἀμφοτέρων μετέχον τῆς σελήνης, ὅτι καὶ ἡ σελήνη ἀμφοτέρων μετέχει· περιφερῆ δὲ δὴ ἦν καὶ αὐτὰ καὶ ἡ πορεία αὐτῶν διὰ τὸ τοῖς γονεῦσιν ὅμοια εἶναι. ἦν οὖν τὴν ἰσχὺν δεινὰ καὶ τὴν ῥώμην, καὶ τὰ φρονήματα μεγάλα εἶχον, ἐπεχείρησαν δὲ τοῖς θεοῖς, καὶ ὃ λέγει Ὅμηρος περὶ Ἐφιάλτου τε καὶ Ὤτου, περὶ ἐκείνων λέγεται, τὸ εἰς τὸν οὐρανὸν ἀνάβασιν ἐπιχειρεῖν (190c) ποιεῖν, ὡς ἐπιθησομένων τοῖς θεοῖς. XV. Ὁ οὖν Ζεὺς καὶ οἱ ἄλλοι θεοὶ ἐβουλεύοντο, ὅ τι χρὴ αὐτοὺς ποιῆσαι, καὶ ἠπόρουν· οὔτε γὰρ ὅπως ἀποκτείναιεν εἶχον καὶ ὥσπερ τοὺς γίγαντας κεραυνώσαντες τὸ γένος ἀφανίσαιεν —αἱ τιμαὶ γὰρ αὐτοῖς καὶ ἱερὰ τὰ παρὰ τῶν ἀνθρώπων ἠφανίζετο— οὔθ᾽ ὅπως ἐῷεν ἀσελγαίνειν. μόγις δὴ ὁ Ζεὺς ἐννοήσας λέγει ὅτι· Δοκῶ μοι, ἔφη, ἔχειν μηχανήν, ὡς ἂν εἶέν τε ἄνθρωποι καὶ παύσαιντο τῆς ἀκολασίας ἀσθενέστεροι (190d) γενόμενοι. νῦν μὲν γὰρ αὐτούς, ἔφη, διατεμῶ δίχα ἕκαστον, καὶ ἅμα μὲν ἀσθενέστεροι ἔσονται, ἅμα δὲ χρησιμώτεροι ἡμῖν διὰ τὸ πλείους τὸν ἀριθμὸν γεγονέναι· καὶ βαδιοῦνται ὀρθοὶ ἐπὶ δυοῖν σκελοῖν· ἐὰν δ᾽ ἔτι δοκῶσιν ἀσελγαίνειν καὶ μὴ ἐθέλωσιν ἡσυχίαν ἄγειν, πάλιν αὖ, ἔφη, τεμῶ δίχα, ὥστ᾽ ἐφ᾽ ἑνὸς πορεύσονται σκέλους ἀσκωλιάζοντες. ταῦτα εἰπὼν ἔτεμνε τοὺς ἀνθρώπους δίχα, ὥσπερ οἱ τὰ ὠὰ τέμνοντες (190e) καὶ μέλλοντες ταριχεύειν, ἢ ὥσπερ οἱ τὰ ὠὰ ταῖς θριξίν· ὄντινα δὲ τέμοι, τὸν Ἀπόλλω ἐκέλευε τό τε πρόσωπον μεταστρέφειν καὶ τὸ τοῦ αὐχένος ἥμισυ πρὸς τὴν τομήν, ἵνα θεώμενος τὴν αὑτοῦ τμῆσιν κοσμιώτερος εἴη ὁ ἄνθρωπος· καὶ τἆλλα ἰᾶσθαι ἐκέλευεν. ὁ δὲ τό τε πρόσωπον μετέστρεφε, καὶ συνέλκων πανταχόθεν τὸ δέρμα ἐπὶ τὴν γαστέρα νῦν καλουμένην, ὥσπερ τὰ σύσπαστα βαλάντια, ἓν στόμα ποιῶν ἀπέδει κατὰ μέσην τὴν γαστέρα, ὃ δὴ τὸν ὀμφαλὸν καλοῦσι. καὶ τὰς μὲν ἄλλας ῥυτίδας

[191] (191a) τὰς πολλὰς ἐξελέαινε καὶ τὰ στήθη διήρθρου, ἔχων τι τοιοῦτον ὄργανον οἷον οἱ σκυτοτόμοι περὶ τὸν καλάποδα λεαίνοντες τὰς τῶν σκυτῶν ῥυτίδας· ὀλίγας δὲ κατέλιπε, τὰς περὶ αὐτὴν τὴν γαστέρα καὶ τὸν ὀμφαλόν, μνημεῖον εἶναι τοῦ παλαιοῦ πάθους. ἐπειδὴ οὖν ἡ φύσις δίχα ἐτμήθη, ποθοῦν ἕκαστον τὸ ἥμισυ τὸ αὑτοῦ ξυνῄει, καὶ περιβάλλοντες τὰς χεῖρας καὶ συμπλεκόμενοι ἀλλήλοις, ἐπιθυμοῦντες συμφῦναι, ἀπέθνῃσκον ὑπὸ λιμοῦ καὶ τῆς (191b) ἄλλης ἀργίας διὰ τὸ μηδὲν ἐθέλειν χωρὶς ἀλλήλων ποιεῖν. καὶ ὁπότε τι ἀποθάνοι τῶν ἡμίσεων, τὸ δὲ λειφθείη, τὸ λειφθὲν ἄλλο ἐζήτει καὶ συνεπλέκετο, εἴτε γυναικὸς τῆς ὅλης ἐντύχοι ἡμίσει, ὃ δὴ νῦν γυναῖκα καλοῦμεν, εἴτ᾽ ἀνδρός· καὶ οὕτως ἀπώλλυντο. ἐλεήσας δὲ ὁ Ζεὺς ἄλλην μηχανὴν πορίζεται, καὶ μετατίθησιν αὐτῶν τὰ αἰδοῖα εἰς τὸ πρόσθεν· τέως γὰρ καὶ ταῦτα ἐκτὸς εἶχον, καὶ ἐγέννων (191c) καὶ ἔτικτον οὐκ εἰς ἀλλήλους ἀλλ᾽ εἰς γῆν, ὥσπερ οἱ τέττιγες. μετέθηκέ τε οὖν οὕτω αὐτῶν εἰς τὸ πρόσθεν καὶ διὰ τούτων τὴν γένεσιν ἐν ἀλλήλοις ἐποίησε, διὰ τοῦ ἄρρενος ἐν τῷ θήλει, τῶνδε ἕνεκα, ἵνα ἐν τῇ συμπλοκῇ ἅμα μὲν εἰ ἀνὴρ γυναικὶ ἐντύχοι, γεννῷεν καὶ γίγνοιτο τὸ γένος, ἅμα δ᾽ εἰ καὶ ἄρρην ἄρρενι, πλησμονὴν γοῦν γίγνοιτο τῆς συνουσίας καὶ διαπαύοιντο καὶ ἐπὶ τὰ ἔργα τρέποιντο καὶ τοῦ ἄλλου βίου ἐπιμελοῖντο. ἔστι δὴ οὖν ἐκ τόσου (191d) ὁ ἔρως ἔμφυτος ἀλλήλων τοῖς ἀνθρώποις καὶ τῆς ἀρχαίας φύσεως συναγωγεὺς καὶ ἐπιχειρῶν ποιῆσαι ἓν ἐκ δυοῖν καὶ ἰάσασθαι τὴν φύσιν τὴν ἀνθρωπίνην. XVI. Ἕκαστος οὖν ἡμῶν ἐστὶν ἀνθρώπου ξύμβολον, ἅτε τετμημένος ὥσπερ αἱ ψῆτται, ἐξ ἑνὸς δύο. ζητεῖ δὴ ἀεὶ τὸ αὑτοῦ ἕκαστος ξύμβολον. ὅσοι μὲν οὖν τῶν ἀνδρῶν τοῦ κοινοῦ τμῆμά εἰσιν, ὃ δὴ τότε ἀνδρόγυνον ἐκαλεῖτο, φιλογύναικές τέ εἰσὶ καὶ οἱ πολλοὶ τῶν μοιχῶν ἐκ τούτου τοῦ γένους γεγόνασιν, καὶ (191e) ὅσαι αὖ γυναῖκες φίλανδροί τε καὶ μοιχεύτριαι, ἐκ τούτου τοῦ γένους γίγνονται. ὅσαι δὲ τῶν γυναικῶν γυναικὸς τμῆμά εἰσιν, οὐ πάνυ αὗται τοῖς ἀνδράσι τὸν νοῦν προσέχουσιν, ἀλλὰ μᾶλλον πρὸς τὰς γυναῖκας τετραμμέναι εἰσί, καὶ αἱ ἑταιρίστριαι ἐκ τούτου τοῦ γένους γίγνονται. ὅσοι δὲ ἄρρενος τμῆμά εἰσι, τὰ ἄρρενα διώκουσι, καὶ τέως μὲν ἂν παῖδες ὦσιν, ἅτε τεμάχια ὄντα τοῦ ἄρρενος, φιλοῦσι τοὺς ἄνδρας καὶ χαίρουσι συγκατακείμενοι καὶ συμπεπλεγμένοι.


Πρῶτον μὲν γὰρ : au début d'une part en effet (Πρῶτον : neutre adverbial de πρῶτος, η, ον, «premier »)

τρία ἦν τὰ γένη : trois étaient les genres (τρεῖς, τρία, « trois » ; ἦν 3e p. sg. avec sujet neutre pluriel ; impf. du v. être : ἦ(ν), ἦσθα, ἦν, ἦμεν, ἦτε, ἦσαν, ἦστην)

τὰ τῶν ἀνθρώπων : ceux des hommes

οὐχ ὥσπερ νῦν δύο : non comme maintenant deux

ἄρρεν καὶ θῆλυ : mâle et femelle (ἄρρην, ην, εν, « mâle » ; θῆλυς, θήλεια, θῆλυ, « femelle »)


En effet, à l'origine, il y avait trois genres dans l'espèce humaine, et non deux comme maintenant, mâle et femelle ;


ἀλλὰ καὶ τρίτον προσῆν : mais encore un troisième était en plus (πρόσειμι, « être en plus »)

κοινὸν ὂν  : étant commun (ὂν, ὄντος, neutre du participe prés. du verbe être ὦν, ὄντος)

ἀμφοτέρων τούτων : à l'un et l'autre de ceux-ci (ἀμφότερος, α, ον, « l'un et l'autre, tous les deux »)

οὗ νῦν ὄνομα (ἐστὶ) λοιπόν : dont maintenant le nom (est) restant (λοιπός, ή, όν, « restant »)

αὐτὸ δὲ ἠφάνισται : mais le genre même a disparu (ἠφάνισται : 3e p. sg. indic. parf. moy-passif de ἀφανίζω, « rendre invisible, faire disparaître », cf. φανερός, ά, όν, « visible »)


mais il y en avait un troisième en plus, participant à l'un et l'autre, dont le nom existe toujours, mais qui a lui-même disparu.


ἀνδρόγυνον γὰρ ἓν : en effet un genre androgyne (εἷς, μία, ἔν, G. ἑνός, μιᾶ, ἕν, « un, un seul » ; ἀνδρόγυνος, ος, ον, « androgyne, hermaphrodite »)

τότε μὲν ἦν : alors d'une part était

καὶ εἶδος καὶ ὄνομα ; et relativement à l'apparence et relativement au nom (accusatifs de relation)

ἐξ ἀμφοτέρων κοινὸν : commun à l'un et l'autre genre

τοῦ τε ἄρρενος καὶ θήλεος : au genre mâle et au genre femelle


car il existait alors un genre androgyne, participant, par l'apparence et le nom, à l'un et l'autre genre, mâle et femelle.



νῦν δ᾽ : mais maintenant

οὐκ ἔστιν ἀλλ᾽ ἢ : il n'est que (οὐκ... ἀλλ' ἢ : « ne... que »

ἐν ὀνείδει ὄνομα κείμενον : un nom se trouvant dans un sarcasme (τὸ ὄνειδος, εος-ους, « reproche, sarcasme »; κεῖμαι, « être couché / se trouver »).


Mais maintenant, son nom ne sert plus que de moquerie.


πειτα : ensuite

ὅλον ἦν  : « formant un tout » était (ὅλος, η, ον, « qui forme un tout, entier » ; cf. hologramme, photo qui représente un objet dans ses trois dimensions)

ἑκάστου τοῦ ἀνθρώπου τὸ εἶδος : de chaque homme l'apparence (τὸ εἶδος, ους, cf. ὁράω-ῶ, ὄψομαι, εἶδον, ἑόρακα, « voir »)

στρογγύλον νῶτον : un dos arrondi (Ac. masc. sg. de στρογγύλος, η, ον, « arrondi » ; νῶτος, ου, « le dos »)

καὶ πλευρὰς κύκλῳ ἔχον : et des flancs en cercle ayant (ἡ πλευρά, ᾶς, « le flanc » ; « le cercle » ; , participe présent Ac. neutre sg.)


Ensuite, l'aspect de chaque homme formait un tout comprenant un dos arrondi et des flancs en cercle ;


χεῖρας δὲ τέτταρας εἶχε : il avait quatre mains / bras (
ἡ χείρ, χειρός, D. pl. χερσί, « la main, le bras » ; τέτταρες, ες, α : « quatre » ; εἶχε, 3e p. sg. indic. impf de ἔχω)

καὶ σκέλη τὰ ἴσα ταῖς χερσίν : et des jambes les égales en nombre aux bras (τό σκέλος, ους, « la jambe » ; ἴσος, η, ον, « égal en nombre / égal »)


il avait quatre bras, le même nombre de jambes ;


καὶ πρόσωπα δύο : et deux visages
ἐπ᾽ αὐχένι κυκλοτερεῖ : sur un cou arrondi (
ἐπί + datif, « sur » ; ὁ αύχήν, ένος, « le cou » ; κυκλοτερής, ής, ές, « arrondi »)
ὅμοια πάντῃ : semblables partout
(ὅμοιος, α, ον, « semblable » ; πάντῃ, « partout, de tous côtés »)
κεφαλὴν δ᾽... μίαν : et une seule tête / crâne
ἐπ᾽ ἀμφοτέροις τοῖς προσώποις : sur l'un et l'autre des visages

ἐναντίοις κειμένοις : situés à l'opposé (ἐναντίος, α, ον, « en face de, opposé »)


et aussi deux visages sur un cou arrondi, semblables en tous points, mais un seul crâne sur l'un et l'autre visage, placés à l'opposé l'un de l'autre ;


καὶ ὦτα τέτταρα : et quatre oreilles (τὸ οὖς, ὠτός, « l'oreille »)

καὶ αἰδοῖα δύο : et deux sexes (τὰ αἰδοῖα, ων, « les parties honteuses » ; ἡ αἰδώς, όος-οῦς, « la honte, la pudeur, la modestie »)

καὶ τἆλλα πάντα : et toutes les autres choses (τἆλλα, crase pour τὰ ἄλλα, on trouve aussi τἄλλα)

ὡς ἀπὸ τούτων ἄν τις εἰκάσειεν : comme selon ces choses quelqu'un imaginerait (ἀπὸ + G., « à partir de » ; εἰκάσειεν, optatif aoriste, 3e p. sg. de εἰκάζω, « imaginer » ; ἄν + optatif : potentiel)


et encore quatre oreilles, deux sexes, et tout le reste comme on peut l'imaginer d'après ces détails.


πορεύετο δέ : ils marchaient (πορεύω, « transporter » ; moy. πορεύομαι, « marcher » ; accord au singulier avec le sujet neutre pluriel)

καὶ ὀρθὸν : et droit (neutre adverbial)

ὥσπερ νῦν : comme maintenant

ὁποτέρωσε βουληθείη : vers lequel des deux endroits qu'ils voulaient (ὁποτέρωσε, adv. relatif, « vers lequel des deux endroits » ; βουληθείη, optatif ao. de βούλομαι, βουλήσομαι, ἐβουλήθην, βεβούλημαι, « vouloir », optatif oblique)

καὶ ὁπότε : et quand

ταχὺ ὁρμήσειε θεῖν : ils s'élançaient pour courir vite (ὁρμήσειε, optatif ao. de ὁρμάω-ῶ, « s'élancer » ; θέω, « courir »)

ὥσπερ οἱ κυβιστῶντες : comme ceux qui font des culbutes

(καὶ) εἰς ὀρθὸν τὰ σκέλη περιφερόμενοι : vers le droit portant en cercle leurs jambes

ὀκτὼ τότε οὖσι τοῖς μέλεσιν ἀπερειδόμενοι : s'appuyant sur les huit membres alors existants

ταχὺ ἐφέροντο κύκλῳ : ils se transportaient rapidement en cercle.


Ils marchaient en se tenant droits, comme maintenant, dans la direction qu'ils voulaient, et quand ils cherchaient à courir vite, comme ceux qui font des culbutes en faisant pivoter en l'air leurs jambes, ils s'appuyaient sur leurs huit membres et et se transportaient rapidement en faisant la roue.


ν δὲ τρία τὰ γένη : d'autre part, étaient trois les genres

καὶ τοιαῦτα (ἦν) : et (étaient) tels

διὰ ταῦτα... ὅτι  : à cause de ces choses (à savoir) que

τὸ μὲν ἄρρεν ἦν τοῦ ἡλίου τὴν ἀρχὴν ἔκγονον : d'une part le mâle était à l'origine né du soleil

τὸ δὲ θῆλυ τῆς γῆς : la femelle, de la terre

τὸ δὲ ἀμφοτέρων μετέχον τῆς σελήνης : et celui qui participait des deux, de la lune

ὅτι καὶ ἡ σελήνη ἀμφοτέρων μετέχει : parce que la lune aussi participe des deux.


Et s'il y avait trois genres et qu'ils étaient comme cela, c'est parce que le mâle tirait son origine du soleil, la femelle de la terre, et le genre qui participait des deux, de la lune, du fait que la lune aussi participe du soleil et de la terre.


περιφερῆ δὲ δὴ ἦν καὶ αὐτὰ : d'autre part de plus étai(en)t circulaires et eux-mêmes (περιφερής, ής, ές, « circulaire » ; δὴ, « de plus » ; αὐτός, ή, ό, au nominatif, « lui-même »)

καὶ ἡ πορεία αὐτῶν  : et leur marche (αὐτόν, ήν, ό, « le, la, les » pronom personnel)

διὰ τὸ τοῖς γονεῦσιν ὅμοια εἶναι : à cause (du fait) d'être semblables à leurs parents (ὁ γονεύς, έως, « le père », au plur. « les parents » ; ὅμοιος, α, ον, « semblable »)

ν οὖν τὴν ἰσχὺν δεινὰ : ils étaient donc relativement à la force terribles (ἡ ἰσχύς, ύος, « force physique » ; τὴν ἰσχὺν, accusatif de relation, complément de l'adjectif δεινὰ)

καὶ τὴν ῥώμην : et relativement à la force physique (ἡ ῥώμη, ης, « force physique »)

καὶ τὰ φρονήματα μεγάλα εἶχον : et ils avaient des orgueils grands (τό φρόνημα, ατος, « orgueil » ; μέγας, μεγάλη, μέγα, « grand »)

ἐπεχείρησαν δὲ τοῖς θεοῖς : et ils attaquèrent les dieux (ἐπιχειρέω-ῶ + D, « mettre la main à / entreprendre / attaquer »)

καὶ ὃ λέγει Ὅμηρος : et ce que dit Homère

περὶ Ἐφιάλτου τε καὶ Ὤτου : au sujet d'Éphialte et d'Otos (περὶ + G., « au sujet de »)

περὶ ἐκείνων λέγεται : est dit au sujet de ceux-là (ἐκεῖνος, η, ο, « celui-là, celle-là »)

τὸ εἰς τὸν οὐρανὸν ἀνάβασιν ἐπιχειρεῖν ποιεῖν : le fait d'entreprendre de faire une montée vers le ciel (ὁ οὐρανός, οῦ, « le ciel » ; ἡ ἀνάβασις, εως, « la montée »)

ὡς ἐπιθησομένων τοῖς θεοῖς : pour s'attaquer aux dieux (ὡς + participe futur, exprime le but ; ἐπιθησομένων, participe futur moyen de ἐπιτίθημι, « s'attaquer à » + D.)


De plus, ils étaient eux-mêmes circulaires, ainsi que leur démarche, parce qu'ils étaient semblables à leurs ancêtres. En conséquence, ils étaient redoutables par leur force et leur vigueur, et avaient beaucoup d'orgueil. Ils attaquèrent les dieux, et ce que dit Homère à propos d'Éphialte et d'Otos [les Géants] les concerne : ils entreprirent de monter au ciel pour attaquer les dieux.


Ὁ οὖν Ζεὺς καὶ οἱ ἄλλοι θεοὶ : donc, Zeus et les autres dieux

ἐβουλεύοντο : délibéraient entre eux (ἐβουλεύοντο, indic. impf. moyen de βουλεύω, « délibérer, projeter, décider »)

ὅ τι χρὴ αὐτοὺς ποιῆσαι : ce qu'il faut faire relativement à eux (αὐτοὺς, Ac. de relation ; ποιῆσαι, inf. ao.)

καὶ ἠπόρουν : et ils étaient embarrassés (ἠπόρουν, impf. de ἀπορέω-ῶ, « être dans l'embarras ») οὔτε γὰρ ὅπως ἀποκτείναιεν εἶχον : ni en effet ils n'avaient la possibilité de les tuer (littér. « comment ils pourraient les tuer » ; ἀποκτείναιεν : optatif ao. de ἀποκτείνω, « tuer » ; εἶχον, indic. impf. de ἔχω)

καὶ : et

ὥσπερ τοὺς γίγαντας κεραυνώσαντες : en les foudroyant comme les géants

τὸ γένος ἀφανίσαιεν : de supprimer leur race (ἀφανίσαιεν, optatif ao. de ἀφανίζω, « rendre invisible, supprimer)

αἱ τιμαὶ γὰρ αὐτοῖς : car les honneurs pour eux

καὶ ἱερὰ τὰ παρὰ τῶν ἀνθρώπων : et les sacrifices provenant des hommes

ἠφανίζετο : étaient supprimés

οὔθ᾽ ὅπως ἐῷεν ἀσελγαίνειν : ni [ne pouvaient] leur permettre d'être insolents (ἐῷεν, optatif ao. de ἐάω-ῶ, « permettre »).


Donc, Zeus et les autres dieux délibéraient sur ce qu'il fallait faire d'eux, et ils étaient embarrassés : ils ne leur était possible ni de les tuer et d'anéantir leur race en les foudroyant comme les géants (car c'était supprimer les honneurs et les sacrifices que les hommes leur vouaient), ni de leur permettre d'être insolents.

Suite du mythe des androgynes, dans la traduction de Victor Cousin (Paris, 1831)

Enfin, après bien des embarras, il vint une idée à Jupiter : Je crois avoir trouvé, dit-il, un moyen de conserver lès hommes et de les rendre plus retenus, [190d] c'est de diminuer leurs forces : je les séparerai en deux ; par là ils deviendront faibles ; et nous aurons encore un autre avantage, qui sera d'augmenter le nombre de ceux qui nous servent : ils marcheront droits, soutenus de deux jambes seulement ; et, si après cette punition leur audace subsiste, je les séparerai de nouveau, et ils seront réduits à marcher sur un seul pied, comme ceux qui dansent sur les outres à la fête de Bacchus. Après cette déclaration, le dieu fit la séparation qu'il venait de résoudre, et il la fit de la manière [190e] que l'on coupe les œufs lorsqu'on veut les saler, ou qu'avec un cheveu on les divise en deux parties égales. Il commanda ensuite à Apollon de guérir les plaies, et de placer le visage des hommes du côté que la séparation avait été faite, afin que la vue de ce châtiment les rendît plus modestes. Apollon obéit, mit le visage du côté indiqué, et, ramassant les peaux coupées sur ce qu'on appelle aujourd'hui le ventre, il les réunit toutes à la manière d'une bourse que l'on ferme, n'y laissant qu'une ouverture qu'on appelle le nombril. Quant aux autres plis [191a] en très-grand nombre, il les polit et façonna la poitrine avec un instrument semblable à celui dont se servent les cordonniers pour polir les souliers sur la forme, et laissa seulement quelques plis sur le ventre et le nombril, comme des souvenirs de l'ancien état. Cette division étant faite, chaque moitié cherchait à rencontrer celle qui lui appartenait ; et s'étant trouvées toutes les deux, elles se joignaient avec une telle ardeur dans le désir de rentrer dans leur ancienne unité, qu'elles périssaient dans cet embrassement de faim [191b] et d'inaction, ne voulant rien faire l'une sans l'autre. Quand l'une des deux périssait, celle qui restait en cherchait une autre, à laquelle elle s'unissait de nouveau, soit qu'elle fût la moitié d'une femme entière, ce qu'aujourd'hui nous autres nous appelons une femme, soit que ce fût une moitié d'homme ; et ainsi la race allait s'éteignant. Jupiter, touché de ce malheur, imagine un autre expédient. Il change de place les instruments de la génération et les met par-devant. Auparavant ils étaient par-derrière, et l'on concevait, [191c] et l'on répandait la semence, non l'un dans l'autre, mais à terre, comme les cigales. Il les mit donc par-devant , et de cette manière la conception se fit par la conjonction du mâle et de la femelle. Il en résulta que, si l'homme s'unissait à la femme, il engendrait et perpétuait l'espèce, et que, si le mâle s'unissait au mâle, la satiété les séparait bientôt et les renvoyait aux travaux et à tous les soins de la vie. Voilà comment l'amour [191d] est si naturel à l'homme; l'amour nous ramène à notre nature primitive et, de deux êtres n'en faisant qu'un, rétablit en quelque sorte la nature humaine dans son ancienne perfection. Chacun de nous n'est donc qu'une moitié d'homme, moitié qui a été séparée de son tout, de la même manière que l'on sépare une sole. Ces moitiés cherchent toujours leurs moitiés. Les hommes qui sortent de ce composé des deux sexes, nommé androgyne, [191e] aiment les femmes, et la plus grande partie des adultères appartiennent à cette espèce, comme aussi les femmes qui aiment les hommes. Mais pour les femmes qui sortent d'un seul sexe, le sexe féminin, elles ne font pas grande attention aux hommes, et sont plus portées pour les femmes; c'est à cette espèce qu'appartiennent les tribades. Les hommes qui sortent du sexe masculin recherchent le sexe masculin. Tant qu'ils sont jeunes, comme portion du sexe masculin, ils aiment les hommes, ils se plaisent à coucher avec eux et à être dans leurs bras ; [192a] ils sont les premiers parmi les jeunes gens, leur caractère étant le plus mâle ; et c'est bien à tort qu'on leur reproche de manquer de pudeur: car ce n'est pas faute de pudeur qu'ils se conduisent ainsi, c'est par grandeur d'âme, par générosité de nature et virilité qu'ils recherchent leurs semblables ; la preuve en est qu'avec le temps ils se montrent plus propres que les autres à servir la chose publique. Dans l'âge ,[192b] ils aiment à leur tour les jeunes gens : ils n'ont aucun goût pour se marier et avoir des enfants, et ne le font que pour satisfaire à la loi; ils préfèrent le célibat avec leurs amis. Ainsi, aimant ou aimé, le but d'un pareil homme est de s'approcher de ce qui lui ressemble. Arrive-t-il à celui qui aime les jeunes gens ou à tout autre de rencontrer sa moitié ? la tendresse, la sympathie, [192c] l'amour les saisit d'une manière merveilleuse: ils ne veulent plus se séparer, fût-ce pour le plus court moment. Et ces mêmes êtres qui passent leur vie ensemble, ils ne sont pas en état de dire ce qu'ils veulent l'un de l'autre : car il ne paraît pas que le plaisir des sens soit ce qui leur fait trouver tant de bonheur à être ensemble; il est clair que leur âme [192d] veut quelque autre chose qu'elle ne peut dire, qu'elle devine et qu'elle exprime énigmatiquement par ses transports prophétiques. Et si, quand ils sont dans les bras l'un de l'autre, Vulcain, leur apparaissant avec les instruments de son art, leur disait :

Qu'est-ce que vous demandez réciproquement ?

Et que, les voyant hésiter, il continuât à les interroger ainsi :

Ce que vous voulez, n'est-ce pas d'être tellement unis ensemble que ni jour ni nuit vous ne soyez jamais l'un sans l'autre?  Si c'est là ce que vous désirez, je vais vous fondre, [192e] et vous mêler de telle façon, que vous ne serez plus deux personnes, mais une seule et que, tant que vous vivrez, vous vivrez d'une vie unique, et que, quand vous serez morts, là aussi dans le séjour des ombres, vous ne serez pas deux, mais un seul. Voyez donc encore une fois si c'est là ce que vous voulez et si, ce désir rempli, vous serez parfaitement heureux. Oui, si Vulcain leur tenait ce discours, nous sommes convaincus qu'aucun d'eux ne refuserait et que chacun conviendrait qu'il vient réellement d'entendre développer ce qui était de tout temps au fond de son âme: le désir d'un mélange si parfait avec la personne aimée qu'on ne soit plus qu'un avec elle. La cause en est que notre nature primitive était une, et que nous étions autrefois un tout parfait; le désir [193a] et la poursuite de cette unité s'appelle amour. Primitivement, comme je l'ai déjà dit, nous étions un; mais en punition de notre injustice nous avoris été séparés par Jupiter, comme les Arcadiens par les Lacédémoniens. Nous devons donc prendre garde à ne commettre aucune faute contre les dieux, de peur d'être exposés à une seconde division, et de devenir comme ces figures représentées de profil au bas des colonnes, n'ayant qu'une moitié de visage, et semblables à des dés séparés en deux. Exhortons-nous réciproquement à honorer [193b] les dieux, afin d'éviter un nouveau châtiment, et de revenir à l'unité sous les auspices et la conduite de l'Amour; que personne ne se mette en guerre avec l'Amour, et c'est se mettre en guerre avec lui que de se révolter contre les dieux : rendons-nous l'Amour favorable, et il nous fera trouver cette partie de nous-mêmes nécessaire à notre bonheur , et qui n'est accordée aujourd'hui qu'à un petit nombre de privilégiés. Qu*Éryximaque ne s'avise pas de critiquer ces dernières paroles, comme si elles regardaient Pausanias et Agathon ; car peut-être [193c] sont-ils de ce petit nombre et appartiennent-ils l'un et l'autre à la nature mâle et généreuse. Quoi qu'il en soit, je suis certain que nous serons tous heureux, hommes et femmes, si l'amour donne à chacun de nous sa véritable moitié et le ramène à l'unité primitive. Cette unité étant l'état le meilleur, on ne peut nier que l'état qui en approche le plus ne soit aussi le meilleur en ce monde, et cet état, c'est la rencontre et la possession d'un être selon son cœur. Si donc le dieu qui nous procure ce bonheur a droit à nos louanges, [193d] louons l'Amour, qui non-seulement nous sert en cette vie, en nous faisant rencontrer ce qui nous convient, mais qui nous offre aussi les plus grands motifs d'espérer qu'après cette vie, si nous sommes fidèles aux dieux, il nous rétablira dans notre première nature, et, venant au secours de notre faiblesse, nous donnera un bonheur sans mélange.

Paramètres
utilisateur



Récupérer
mes identifiants

Documents
partagés

Testé avec Firefox 3 +

Testé avec Chrome

Testé avec IE 6 +

Valid XHTML 1.0 Strict

 

 

Contact

 

 

 

 

 

 
 
© 2018 - ABéCéDé
Tous droits réservés